SVT monde

Sur les traces du léopard perdu

Le léopard d’Arabie

mardi 5 septembre 2006 par Erwan Le Fol

Un animal énigmatique dont la renommée repose, malheureusement sur le fait qu’il est actuellement au bord de l’extinction. Malgré une campagne de protection du félin initiée dans les années 90, des chasses et des massacres sauvages pourraient avoir eu raison de l’animal.

Navigation rapide

JPG - 9 ko
Leopard d’Arabie
Muséum d’histoire naturelle de Sharjah

Le léopard d’arabie - Panthera pardus mimr -est beaucoup plus petit que ses congénères africains ou asiatiques, 30 kg au plus pour les mâles et 20 kg pour les femelles. Sa couleur, plus claire, et le fait qu’il ne soit tacheté que sur le dos le distingue également des autres léopards.

Originaires des montagnes de l’Adjar au nord et du Dofar au sud, c’est un animal discret qui chasse essentiellement à l’aube ou au crépuscule et qui reste actif une partie de la nuit. Il occupe les zones dégagées et isolées des wadi du djebel d’où il peut surveiller une partie de son territoire . Il se nourrit essentiellement de tahr d’Arabie [1] et de gazelles des montagnes mais ses proies traditionnelles sont maintenant devenues rares et il n’est pas rare qu’il doive étendre sa zone de chasse ou qu’il se rabatte sur du bétail domestique(chèvres et moutons) ou même sur des animaux plus petits comme le renard d’arabie ou des rongeurs et des oiseaux. Il peut exceptionnellement se nourrir de charogne quand le besoin s’en fait sentir.

L’environnement désertique d’une part et le fait d’avoir affaire à des animaux solitaires ne favorise pas la reproduction. La rencontre est rendue possible par les vocalises de la femelle en chaleur et les accouplements qui lui succèdent sont nombreux et rapprochés (jusqu’à 100 accouplements en 5 jours). La gestation dure ensuite une centaine de jours et la femelle met bas, dans un endroit isolé et abrité. La naissance de quatre petits est un évènement qui aiguise la prudence de la mère. Pendant toute la période d’allaitement, c’est à dire dans les trois premiers mois, la mère change fréquemment de cachette. pendant les 12 mois qui suivent, la mère mènera ses petits vers les proies qu’elle aura tuées pour les nourrir puis elle amenera ses petits à la chasse afin de leur en enseigner les rudiments. À 16 mois, les petits sont autonomes et ils quittent leur mère pour mener leur vie d’adulte solitaire.

PNG - 40.6 ko
Aire de répartition du léopard d’arabie dans la péninsule.

Cette description naturaliste pourrait laisser à penser que le léopard d’Arabie coule des jours heureux dans la péninsule. Il faut alors rappeler que l’animal est en voie d’extinction et que les estimations les plus optimistes ne dénombrent qu’une poignée d’individus répartis principalement entre le Sultanat d’Oman, le Yémen, l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes Unis. La région du Dhofar, dans le sud d’Oman, serait le dernier territoire sauvage à abriter une population de léopards d’une douzaine d’individus environ. Dans le nord du Yémen, la région de Wa’ada abrite également quelques individus. De même, en Arabie Saoudite, l’escarpement rocheux qui longe la mer rouge en direction du Yémen (montagne de l’Asir). Aux Émirats Arabes Unis et en Oman, c’est dans la péninsule de Musandam, face au détroit d’Ormuz que se cachent les derniers spécimens de léopards d’Arabie.

Bibliographie :

- « The green guide to the Emirates », Motivate Publishing, Marycke Jongbloed

- « À la recherche du léopard perdu » - Libération 26/06/2006

- Photo : Muséum d’histoire naturelle de Sharjah

- Carte : Erwan Le Fol

[1] sorte de mouflon


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 2974685

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité d’ici et d’ailleurs  Suivre la vie du site Sciences de la vie   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License